Orioxy @Sunset (septembre 2013)

Swiss Vibes

Orioxy 3_300dpiA leur sortie, les mélancolies orientalistes de « The Other Strangers », avaient suscité quelques incompréhensions délicieuses dans la presse jazz, charmée autant que bousculée dans ses certitudes par ce drôle d’objet sonore. Certains usèrent même sans trop y croire, le terme de « pop folk », plutôt incongru pour un exercice de style aux confins des traditions hébreuses et indiennes, avec une approche résolument contemporaine. Des questions vite levées lors du passage d’Orioxy au Sunset, pour la première présentation française de ce second album.

La mythologie du halètement

Et tout de suite, que ce soit en hébreu ou en anglais, la chanteuse du quartet genevois Yaël Miller fait oublier rapidement les exégèses confuses : chez elle, peu importe de savoir si son chant est « jazz ou pas jazz ». Ce qui compte, dans ses morceaux sur le bonheur (« World Database of Universe ») ou sur un misanthrope (« Bachour Meshouamam »), c’est la mythologie du halètement…

View original post 197 more words

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s